Actions Wonder : Les rencontres Pro des Wonder

Actions Wonder : Les rencontres Pro des Wonder

Dans cet article, vous découvrirez une des actions que nous menons au sein de l’association Wondermeufs: Les rencontres Pro des Wonder. Le prochain rdv étant le 17 octobre 2019.

Vous pourrez l’ensemble de nos actions ici .

 

 Quel est l’objectif ?

Les rencontres Pro des Wonder : C’est un atelier, ouvert au public féminin d’Occitanie, d’environ une heure animé par une adhérente de l’association. L’adhérente, experte dans son domaine d’actvité, présente un atelier afin d’aider, partager ses connaissances et ses compétences. En bref, vous découvrirez de nouveaux outils à appliquer dans votre activité !

Vous pourrez aussi, durant cet atelier, en savoir plus sur l’association et réseauter avec les participantes 😉

Ce mois-ci nous fêterons d’ailleurs les 1 an !

 

 Quel est le prochain rendez-vous ?

Il aura lieu le 17 octobre de 18h30 à 20h sur Inscription gratuite à Bureaux & Co – La Station.

Le thèmeLes étapes clés pour un site internet réussi !

La création de site web représente très souvent la première démarche d’une entreprise ou d’un professionnel pour augmenter sa visibilité sur internet.
Plus complexe qu’il n’y paraît, ce type de projet réclame plusieurs réflexions poussées préalablement à la mise en ligne.
Donc avant de foncer dans la création tête baissée, il est préférable de suivre quelques « règles » afin que celui-ci soit un succès.

Il sera animé par Shirley SEYWERT, créatrice de la société Djäka

 Où se déroulent les Rencontres Pro ?

Ces ateliers se déroulent à Bureaux & Co – La Station – 19 Rue Rigaud 34 000 Montpellier (Proche Boulevard Clémenceau) – Tram 3 Arrêt St Denis.

La station est un espace de co-working et ateliers d’artistes à deux pas du centre vile. L’espace de 500m2 est équipé d’un open space de 300m2, d’ateliers d’artistes de 20m2 et de bureaux privés de 10 à 20m2.

La Station est aussi un lieu d’événementiel et de location de salle avec un espace de 250m2 privatisable (divisible en 2) pour des conférences, meet-ups, vernissages, lunch connectés, festivals, escape games,
formations, pop up stores, concerts…

 

 L’association porte-t-elle d’autres actions pro ouvertes au public ou aux adhérentes ?

Oui, bien sûr ! Vous pouvez regarder du côté de la page « Nous rejoindre » ou « Nos missions » où vous avez la liste non exhaustive de ce que nous faisons.

Pour le public :

  • Le Business Wondermeufs : Aider les adhérentes à élargir leur réseau professionnel et développer leur activité. Comment ? Chacune partage son réseau, échange ses contacts : c’est un système basée sur la recommandation Réunion tous les 1er lundi du mois de 18h à 20h – Cela est ouvert au public sous inscriptions dans la limite de 2 fois (au delà, il faudra adhérer)

Pour nos adhérentes :

  • Le Co-Working : Se retrouver en groupe pour travailler, avancer, se booster sur ses projets/business respectifs – Tous les jeudi de 14h30 à 17h00 (Café Hybride/Panacée)
  • Le Business Wondermeufs (cité plus haut)
Vous avez dit « expo » ? Une autre Wonder’artiste confirme son talent !

Vous avez dit « expo » ? Une autre Wonder’artiste confirme son talent !

Pour la deuxième fois en cette belle rentrée artistique, le collectif Wonder’Art a le plaisir de soutenir l’une de ses membres, Marie Meyer alias Reine Aneda, qui expose aux Demoiselles de Montpellier du 1 au 31 octobre.

Venez découvrir son univers poétique et enfantin lors de son vernissage le 4 octobre de 18h à 20h, c’est au 2, rue de la Carbonnerie.

 

Marie, qui est Reine Aneda ?

Reine Aneda c’est un peu une revanche. En fait Reine c’est une partie de mon prénom officiel. Je l’ai longtemps détesté et suite à un cheminement personnel, j’ai fini par me réapproprier cette partie de moi. C’est un prénom qui parle de reprendre les rennes de sa vie ! (Haha) J’ai retrouvé ma propre souveraineté.

Aneda ça vient d’une légende amérindienne, ça signifie « arbre de vie ». J’ai juste changé l’orthographe du mot, mais l’idée c’était de m’apporter un certain alignement dont j’avais besoin à ce moment là.

 

 

Quelles sont les similitudes et les différences entre Reine et Marie ?

Une énorme dose de créativité et le fait de garder son âme d’enfant. On adore les dessins animés, la BD, les livres pour enfants… On est aussi fascinées par la nature et l’univers. On est très curieuses de la vie en général.

Reine a peut-être juste plus d’assurance. Elle est davantage dans le concret. Elle m’apporte une stabilité et de l’estime pour moi-même. Elle est pleine de vie et d’imagination. Elle est très infantile et en même temps très pro. Elle est plus dans l’équilibre.

 

 

« J’ai envie de faire voyager, sortir du quotidien morose en montrant la beauté des petites choses simples. »

Quel est ton parcours professionnel et/ou artistique ?

Déjà toute petite j’aimais les travaux manuels, dessiner et écrire des
récits. En grandissant, le dessin est resté ma ligne directrice. J’ai passé mon bac option Arts Plastiques à Toulouse, ma ville d’origine. J’ai poursuivi en fac d’arts appliqués et puis j’ai intégré une mise à niveau arts appliqués. J’ai continué avec un BTS graphisme Édition et Publicité mais le côté commercial m’ennuyait et le dessin n’était pas assez présent pour moi. Je suis donc venue à Montpellier rejoindre un cycle professionnel d’illustration. Là j’ai pu également renouer avec l’écriture en imaginant toutes sortes d’histoires pour les petits et grands enfants.

Entre temps j’ai fait des stages mais j’ai compris que la vie en entreprise, ça n’était pas fait pour moi. J’avais envie de me consacrer à des projets qui font sens pour moi et j’avais besoin de liberté. Plusieurs opportunités ont fait que je suis restée à Montpellier et que j’ai pu rencontrer des personnes formidables comme les Wonders !

 

Comment définirais-tu ton art? Qu’est ce qui le fait vibrer?

Ce qui fait vibrer mon art, c’est vraiment mon enfant intérieur. Je crois que mon art c’est un peu comme ma vie : je suis hypersensible et il m’en faut peu pour m’émouvoir, m’émerveiller, rire ! Je peux m’extasier devant une fleur, une plante… et rire aux éclats sur un jeu de mots stupide ou devant un cartoon… Je dirai que mon art est à la fois sensible, épuré, parfois touchant, parfois drôle. J’essaye d’être de plus en plus spontanée, ne pas trop me poser de question, et y aller franchement. Si je me prends trop la tête, c’est qu’il y a un blocage et que je me trompe de direction.
Ce qui me guide c’est ma joie de vivre ! Si je suis en train de juste sourire sur une idée ou même de me faire un fou rire pendant que je dessine, c’est que je tiens quelque chose !

A travers mes créations j’aime raconter des histoires, amener de la curiosité, de l’aventure, du mystère ou de la poésie. J’ai envie de faire voyager, sortir du quotidien morose en montrant la beauté des petites choses simples. J’ai envie de stimuler l’imagination !

Tu fais partie du collectif Wonderart,  qu’est-ce que ça t’apporte ? 
 

Ça va faire tout juste un an que j’ai rejoint les Wonders, c’est passé tellement vite ! Je ne pensais pas que je pourrais recevoir autant de choses en si peu de temps! Elles m’apportent tellement ! Elles me reboostent à fond, me donnent envie d’aller toujours plus loin et d’oser être moi même! Ça m’a clairement apporté plus d’assurance dans mon travail. J’ose davantage prendre ma place, m’exprimer. Et puis ça m’a apporté surtout des amies avec qui on se soutient à fond, des personnes qui sont là en cas de doutes et qui comprennent ce qu’on vit en tant qu’artiste.
Le Wonder’Art m’a aussi ouverte à d’autres pratiques artistiques et amené de nouvelles opportunités. On a, entre autre, quelques projets de street art avec Matrioch Cake. Elle m’a entraîné dans la vibe du street art ! Bref, le Wonder’Art est vraiment hyper stimulant !!

 

Cette deuxième expo, en quoi diffère t elle de la première ?

Cette exposition est particulière car c’est la 1ère fois que je n’expose pas que du papier découpé. La moitié de l’exposition est consacrée à une série que j’ai réalisée l’an dernier: « Inktober 2018 ». Une série qui me tient à cœur, car ce sont des illustrations jeunesse accompagnées de textes que j’ai écrits. Je n’ai pas encore trop l’habitude de partager mes écrits et c’est un style de dessin particulier. J’espère que ça plaira !

Il y aura aussi des illustrations en papiers découpés mais dans un style plus fin, plus léger, plus organique. Je suis contente de voir que je ne stagne pas et que mes envies évoluent avec cette technique.

Cette exposition est en fait plus axée sur l’enfance, l’aventure, l’émerveillement… Toute en légèreté et en douceur. Un parti pris aussi pour coller à l’ambiance du salon de thé des Demoiselles de Montpellier.

Que dirais-tu à quelqu’un qui n’a jamais vu une de tes œuvres pour qu’il ou qu’elle vienne à l’expo ?

Viens, il y aura des bons gâteaux ! Haha
Je dirai que si tu as gardé ton âme d’enfant ou que tu veux la retrouver c’est l’endroit ! En plus il y aura des petites citrouilles et d’autres surprises que j’ai préparées pour le vernissage !

 

Dans quel état d’esprit es-tu a quelques jours du vernissage ?

A la fois impatiente, et plutôt confiante car certaines illustrations n’ont pas été évidentes à réaliser ! Et en même temps c’est toujours un peu le stress de se montrer comme ça en public et d’avoir des retours en direct. Mais j’ai vraiment hâte d’y être !

www.reineaneda.com
https://www.instagram.com/reine.aneda/
lien de l’évènement facebook : https://www.facebook.com/events/522809918526970/

Une Wonder’Artiste à l’honneur ! Elsa Gabet expose à l’Hopulus Brewpub

Une Wonder’Artiste à l’honneur ! Elsa Gabet expose à l’Hopulus Brewpub

Vous n’aviez encore rien de prévu le 18 septembre ?
Le collectif Wonder’Art est heureux et fier de soutenir l’une de ses talentueuses artistes, l’illustratrice Elsa Gabet qui vous vous présente mes dernières illustrations à l’Hopulus Brewpub. C’est un bar-microbrasserie artisanal à deux pas des places Jean Jaurès et Comédie – où les bières sont excellentes !

Venez nombreuses/x !!
Elsa, peux-tu te présenter en tant qu’artiste ?
 

Je suis illustratrice autodidacte et (forcément !) passionnée ! Créative depuis toujours, engagée, positive et enthousiaste au quotidien, j’illustre pour mieux communiquer, proposer un autre regard sur ce qui est, porter des idées, représenter des valeurs et partager des émotions. Je cherche sans cesse à expérimenter pour mieux aiguiser mon approche et produire des dessins à la fois esthétiques et efficaces.

J’aime interroger l’existant, jouer sur les oppositions/associations, questionner ce qui est et soulever d’autres possibles. J’aime travailler des illustrations détaillées, précises, réalistes, et fines. Je porte une grande attention aux détails, que se soit dans la finesse et la précision de mes illustrations, que dans la quête de la manière la plus juste de représenter et faire ressentir une émotion.

Je travaille souvent sur deux collections en parallèle, ce qui me permets de satisfaire cette quête de réalisme et de transcription sur des sujets différents. Avancer sur plusieurs projets en même temps nourrit la vision et l’approche que j’ai pour chacun.

 

 

Quel est ton parcours professionnel et/ou artistique ?

Je dessine depuis toute petite et j’ai rapidement fait le choix de faire des études répondant à ma soif de connaissance sur le monde, ses codes et structures, et l’urbanisme en particulier, plutôt que de me spécialiser dans une pratique artistique. Cela m’a apporté une autre ouverture d’esprit et m’amène aujourd’hui à porter un regard particulier sur ma créativité – à laquelle je redonne aujourd’hui plus de place.

Urbaniste de formation et diplômée de Sciences Po Paris, j’ai débuté ma carrière dans le conseil à Paris, avant de partir à Yangon, au Myanmar, pour m’investir dans des projets de rénovation et d’aménagement urbain. Je suis tout autant passionnée d’illustration que d’urbanisme et de valorisation architecturale, et j’avais envie de m’investir au sein de ce pays au moment de son ouverture au reste du monde au sein de projets visant à garantir et valoriser son identité urbaine et culturelle.

A Yangon, je me suis d’abord investie dans l’éducation supérieure en tant que professeur de business communication, avant de prendre part à la valorisation du patrimoine architectural et urbain de la ville, à travers la conduite d’études et de projets de rénovation et d’aménagement urbains. J’ai participé au développement de nouvelles façons de concevoir le développement urbain, permettant de concilier préservation/valorisation de l’héritage architectural et de l’identité culturelle de la ville, avec la satisfaction d’objectifs spécifiques, selon une approche plus durable et responsable de l’aménagement. Cette expérience a profondément enrichie ma vision de l’urbanisme et a nourri mon envie de proposer de nouvelles façons de concevoir les projets urbains en France.

Là-bas, et en parallèle de mes activités professionnelles, j’ai monté ma première exposition d’illustrations, ayant à cœur de rendre hommage à cette ville et à ses habitants. J’ai produit et fait imprimer localement une collection de posters qui ont ensuite été mis en vente dans un centre commercial à Yangon.

De retour en France, je me suis installée à Montpellier ou j’ai rejoint un bureau d’études en aménagement urbain et développement économique, jusqu’à ce que l’envie de donner plus d’importance à l’illustration me pousse à créer mon activité en tant qu’illustratrice. Je me suis accordée depuis le mois de janvier une vraie coupure avec mes activités précédentes pour mieux me concentrer au développement de cette activité et lui offrir la place et le temps nécessaires. Mon objectif est ensuite de pouvoir la compléter par une action complémentaire visant à favoriser le développement d’une nouvelle vision de l’aménagement urbain en France. Je souhaite pouvoir pleinement m’investir en tant qu’illustratrice et urbaniste et que mes deux pratiques et passions se nourrissent mutuellement.

Pourquoi avoir choisi ce medium comme moyen d’expression, plutôt qu’un autre ?
 
Je dessine par réflexe, naturellement et en toute situation. L’illustration m’est donc apparue comme le médium d’expression le plus naturel pour moi et, par besoin d’authenticité, j’ai décidé de l’investir autant que possible. C’est également un outil qui me semble encore trop peu exploité et qui gagnerait à être davantage investi et reconsidéré. Il s’agit pour moi d’une forme d’expression puissante, alliant signification, visualisation, imagination, perception, et qui permet de partager sur le domaine du sensible, de l’intuitif – ce à quoi j’aime m’intéresser et m’essayer.
 
J’envisage aussi de nourrir mon travail et de proposer d’autres supports d’expression et de partage complémentaires à l’illustration, pour mieux en repousser les limites et expérimenter d’autres possibilités.

« J’aime interroger l’existant, jouer sur les oppositions/associations, questionner ce qui est et soulever d’autres possibles. »

Comment définirais-tu ton art ?
 
J’ai la création rebelle ! Elle s’interroge sans cesse sur ce qui est, elle cherche à regarder et présenter les choses autrement pour proposer d’autres possibles. Elle n’aime pas quand c’est trop simple !
J’ai toujours eu besoin de rendre utile ce que je crée et je suis convaincue que l’illustration est un outil qui gagnerait à être encore plus investi, que sa vocation n’est pas uniquement esthétique mais aussi expérimentale. Personnellement j’en ai fait ma pâte à modeler !
Tu fais partie du collectif Wonderart, comment définirais-tu cette structure et qu’est-ce que ça t’apporte ? 
 
Le Wonderart est un groupe de femmes artistes qui s’est formé au sein des Wondermeufs pour répondre à un besoin spécifique d’accompagnement, de soutien, d’entraide sur des sujets liés à la créativité mais également à notre développement voire notre professionnalisation en tant qu’artistes.
 
Le Wonderart m’a d’abord offert de rencontrer d’autres artistes et de partager ensemble nos envies, nos questionnements, nos forces, pour permettre à chacune d’avancer plus sereinement en se sentant soutenue et comprise. Il m’a également permis d’apprivoiser mon identité d’artiste, d’apprendre à me présenter en tant que telle et de gagner en confiance. Il m’a offert l’opportunité de réaliser deux expositions lors de l’inauguration de la Station et le Wonderfest, et de nouvelles sont en cours de préparation !
Sur quel angle as-tu axé ton expo ?
 
Au travers de compositions organiques et graphiques originales, les illustrations présentées proposent une autre manière de regarder et de valoriser la nature et ses composants.
Chaque illustration a été réalisée à la main, à l’aide de stylos à pointes très fines (0,03mm – 0,1mm), au format A3. Chaque composition a été construite progressivement, ligne par ligne, et parfois point par point, alliant patience et minutie.

 

 

En choisissant une technique demandant beaucoup de temps et de précision, j’ai également souhaité revoir mon rapport au temps et à la productivité. Partant du principe que le temps est -après notre santé- notre première richesse, j’ai décidé de l’employer à la valorisation de ce qui m’apparaît être essentiel et prioritaire : notre planète, notre environnement et les espèces qui le composent.

 
Que dirais-tu à quelqu’un qui n’a jamais vu une de tes œuvres pour qu’il ou qu’elle vienne à l’expo ?
 
La collection que je présente a été créée spécifiquement pour l’occasion et signe une nouvelle étape dans la précision de mon style que je suis fière d’avoir atteinte. J’espère pouvoir partager le plus justement possible ma sensibilité et la finesse de ce qui m’inspire.
 
Dans quel état d’esprit es-tu a quelques jours du vernissage ?
 
Je suis peu stressée par les derniers préparatifs mais j’ai vraiment hâte ! Je souhaite que ceux qui viennent passent vraiment une belle soirée, c’est ce qui compte le plus pour moi !
Si en plus ils apprécient mon travail et souhaitent me soutenir c’est un formidable bonus et j’en serai très heureuse !
Nos adhérentes ont du talent: Maria Lee

Nos adhérentes ont du talent: Maria Lee

 Meuf, qui es-tu ?

Je suis une femme passionnée par la vie et les relations humaines ; j’adore embrasser les autres !
Depuis mon plus jeune âge, j’ai eu envie d’aider et d’encourager les personnes qui m’entouraient, puis
cette envie s’est mêlée à l’élan de voyager…

 Et tu fais quoi dans la vie?

Le mélange de l’envie et de l’élan m’a construit personnellement et professionnellement. Depuis
plus de 15 ans, je travaille avec des organisations internationales sur des projets de développement
local dans les pays de l’hémisphère Sud avec une attention particulière sur la place des femmes et
des jeunes.

 

As-tu un motto ou une philosophie ?

Hakuna matata … mettre une intention d’amour dans chacune de mes actions et de mes relations
(quand je m’en rappelle…c’est du pur bonheur !)

et dire merci…souvent.

Quand j’ai des coups de mou, Hakuna matata ne marche pas toujours en 2 min, alors je me pose, je respire, je mets de la musique et je laisse passer la vague…

 

 Quels sont tes SuperPouvoirs ?

Ce qui me vient spontanément c’est l’optimisme et le sourire ! Apres, si je réfléchis, on peut ajouter mon charme, mon super niveau en anglais, ma mousse au chocolat, mon sens de l’humour…

bon je crois que je me perds, ou je devrais ajouter bavarde…c’est un pouvoir ça ?

Si tu étais un animal tu serais ?

Un cheval ou un oiseau (j’aime bien l’idée de voler…du coup un oiseau qui vole genre Pegase! )

 Si tu pouvais être quelqu’un d’autre le temps d’une journée, qui aimerais-tu être ?

Penelope Cruz…pour jouer la comédie (ou le drame), ou Obama pour être un homme…avec un talent d’orateur

 

 Dans 5 ans, tu te vois où ? et comment ?

Je me vois une femme joyeuse, toujours amoureuse de la vie, entourée de supers ami(e)s, blogueuse
reconnue sur les questions qui me passionnent comme le lien entre femmes/jeunes et finance engagée,
facilitant des échanges autour de ces thèmes, collaborant avec des femmes et des hommes que j’adore,
au sein d’une fondation ou en indépendante…ou les 2 🙂 , avec du temps pour voyager avec mes filles.

 

Quels sont les avantages pour toi, d’être une adhérente Wondermeufs ?

La rencontre avec des femmes inspirées et inspirantes (le lien), l’accès à des tarifs préférentiels sur des
évènements, des formations (ex. facilitation graphique)

 

Et comment t’investis-tu dans l’Association ?

 

Je suis co-Trésorière de l’Asso depuis 2 ans…

et bénévole en appui a la préparation d’évènements quand j’ai le temps.

 

 

Je fais donc partie du Conseil d’Administration et du Bureau.

 

 

Femme solaire et engagée, tu t’es investie depuis bien longtemps sur des projets touchant notamment les jeunes et les femmes dans des pays en voie de développement. Avec cette expérience et ton expertise, quelle est ta vision de l’évolution de ces problématiques ?

En fait, pour moi la grande évolution que je vois depuis que je suis investie dans ces projets, c’est le développement de l’accès aux technologies de communication notamment. Ainsi, de n’importe où sur la planète, on peut avoir accès à de l’information,  mais aussi en diffuser !  Pour moi, c’est une fantastique révolution et c’est surtout un outil incroyable  d’empowerment notamment pour les jeunes et les femmes.

Nos adhérentes ont du talent: Maha Tourbah

Nos adhérentes ont du talent: Maha Tourbah

 Meuf, qui es-tu ?

Je suis un élément instable. A l’état brut, j’adore la vie, je déborde d’énergie.

Dans les fêtes je me la pète si fort, les gens pensent souvent que je suis saoule alors que je ne bois absolument pas.

Je suis capable d’auto-fabriquer mon ecstasy … mais ça, c’est en repos pour le moment. 😆

Avec l’âge et la prise de conscience du monde dans lequel on vit, je me rends compte du privilège que j’ai… de la misère tout autour, et finalement, de ma futilité….  donc j’essaie de transfigurer de ma colère intérieure en humour … je n’y arrive pas très bien pour le moment, et je reste sur ma colère … ce qui est épuisant.

 

 Et tu fais quoi dans la vie ?

Je fais le truc le plus facile, je suis dans l’IT. (Note de Marie Z: « I.T ». = « Information Technologies », dans l’informatique quoi)

Pourquoi je dis facile ? Y a pas de risques, ni de responsabilités. Personne ne va mourir si mon site ne
marche pas, personne ne va aller en prison si j’ai un bug dans mon code. Je ne construis pas de site web. Cela m’obligerait à me plier aux desiderata des clients, qui généralement ne comprennent du site que ses couleurs, ou la forme et les positions des boutons.

Je travaille dans les logiciels pour des clients qui sont eux-mêmes des membres de la famille IT : les
départements IT dans les banques, la grande distribution, mais aussi avec l’ONU, pour les ministères
Libanais.

Au début de ma carrière, je faisais du développement (full stack, java) mais après j’ai pris en charge des équipes, des compétences métiers, et vers 2015 je me suis lancée dans le management. Plus spécifiquement, dans le Program Management. J’avais la responsabilité de la coordination du développement du produit, avec plus de 60 personnes dans ma structure.

Je suis arrivée à Montpellier en Septembre dernier, et je cherche du boulot !

Donc si vous avez des pistes, pls let me know ! 🙂

 

 As-tu un motto ou une philosophie ?

Je vis ma vie avec cet adage, que je vous écris phonétiquement :
« omro ma hada werit » 😊 😊

Si je tente une traduction mot-à-mot ça donne: « son âge personne hérite »😊 😊

Vous n’avez rien compris ?

Allez, je tente une amélioration:
« Vie ta vie pleinement, pour toi, et non pas pour les gens qui vont hériter de toi. »Ce n’est toujours pas super clair ? Sorry, c’est pas toujours facile de traduire l’esprit et la lettre 😉

Pour moi, cela veut dire, d’une façon caricaturale – et c’est ce que j’aime, précisément :
« Vivre sans se soucier des jugements des autres. Vivre sans se limiter, ni au cadre confiné imposé par la société, ni à la définition sociale de ce qu’il convient d’être pour être …. « comme il faut ».

Ça fait une longue phrase sérieuse, mais en vrai c’est dit avec humour ! 😊

 Quels sont tes SuperPouvoirs ?

Fabrication d’ecstasy, tu suis pas, Meuf …

Mais aujourd’hui, ce serait déjà … de rester saine ! 😉

 

 

 Si tu étais un animal tu serais ?

Un cheval, je serai un cheval. Ou une baleine !

Mais ça n’a pas de mains ces trucs …

Alors un cheval, parce que c’est tellement beau, et qui aurait des ailes, pour traverser les cieux et les frontières 😉  …. et qui nagerait comme une baleine, traversant les océans, et les continents (et les frontières navales).

Mais aussi, il pourrait se mettre debout, et ses pattes de devant seraient des mains, avec les 4 doigts et avec le pouce opposable, indispensable ! 😀

 

 Dans 5 ans, tu te vois où ? et comment ?

Et ben j’espère, et je ne sais pas par quel miracle, être écrivaine à temps plein dans ma petite maison au bord de la Méditerranée… mais assez loin du rivage pour éviter les tempêtes …

Moi, Dame Nature me fait peur quand elle se fâche, moi, je n’aime pas la froisser…

 

 Si tu pouvais être quelqu’un d’autre le temps d’une journée, qui aimerais-tu être ?

Mais… Elle est répétitive ta question!

Un cheval ailé, qui nage, et qui a des mains, voyons !

Non, plus sérieusement, personne …

Si, attends, oui oui, un cheval ailé qui nage, et qui a des mains ..

yep …

Quels sont les avantages pour toi, d’être une adhérente Wondermeufs ?

J’ai accès à des gens sympathiques, dans un périmètre de 5km 😊 😊
Mais aussi, je contribue à développer une tribu, et nous imaginons et mettons en oeuvre des actions sociales à notre niveau, correspondant à nos valeurs, et après on peut se dire : « nous, on l’a essayé, et .. ben on l’a fait ! »

 

Et comment t’investis-tu dans l’Association ?

 

Je suis co-trésorière de l’Asso avec Maria, mais (j’essaie) aussi d’aider à son expansion, via du bizdev.

Je fais donc partie du Conseil d’Administration et du Bureau.

 

 

Maha, tu nous a parlé de ta colère, acceptes-tu de nous en dire plus ?

En fait, si tu veux une explication sur ma colère en vite fait, j’ai échappé à tout ça :
J’ai grandi au Liban, il y avait la guerre civile ‘75-‘90, l’invasion israélienne en ’82-2000, avec une présence constante dans nos cieux et des frappes pendant des semaines interminables au cours de toutes ces années.

Les plus marquantes pour moi ont été celles de ‘96 et 2006, et la présence de l’armée Syrienne jusqu’à la pseudo-révolution de 2005, qui a vu l’explosion, littéralement, d’une douzaine de politiciens libanais dans les rues durant l’année… …

Le Liban, c’est, de plus, un pays où la femme vaut la moitié d’un l’homme devant la loi, où le racisme est omniprésent et généralisé, où l’esclavagisme moderne est coordonné par le gouvernement, où la pourriture politique est à tous les niveaux…

En 2006, j’ai dit adios !